COURS D'HISTOIRE DE L'ART

"L'ANIMAL QUE DONC JE SUIS" I SESSION 1 I 15h I GALERIE MUNICIPALE JEAN-COLLET

Jean-Michel Sanejouand Jean-Michel Sanejouand, "Espace Peinture", 20.03.79, acrylique et vinylique sur toile, 130x195 cm © de l'artiste (exposition "Peinture en résonance", co-commissariat Alexandra Fau et Catherine Viollet, Galerie municipale Jean-Collet

Ecole d'arts plastiques

Le 26/01/2019

Le temps des Lumières avait déconsidéré les non-humains, animaux et plantes, et niait leurs capacités cognitives. De telles pensées ne sont aujourd’hui plus tenables, à l’heure où toutes les formes d’existence, y compris les fleuves, font valoir leurs droits. Avec l’entrée dans l’ère de l’Anthropocène, une pleine conscience de l’interrelation entre les espèces invite à réévaluer la place de chacun. À l’instar de l’auteur Jean-Christophe Bailly ("Le Versant animal", Bayard, 2007), des artistes ont cherché à combattre les préjugés existants entre l’humain et l’animal, et à sortir ainsi de la suprématie humaine. "L’animal que donc je suis" est le titre d’une conférence prononcée par Jacques Derrida en 1997 et publiée à titre posthume en 2006 aux éditions Galilée.

Gilles Aillaud

Gilles Aillaud (1928-2005) a contribué à L’Encyclopédie de tous les animaux, y compris les minéraux avec Jean-Christophe Bailly et Franck Bordas. Ce peintre de la figuration narrative se consacra uniquement dès 1966 à la représentation d’animaux en cage dans des zoos. Plus qu’un oeil exercé aux mouvements comme le serait un habile sculpteur animalier (Jacques-Louis Barye), c’est une fusion de l’esprit avec les bêtes qui s’exprime dans les toiles. Gilles Aillaud va peindre ces zoos et ces vues d’animaux jusque dans les années 80 mais se refusera toujours à en faire une métaphore de la condition humaine. En contre-point, les peaux tendues et retournées d’Étienne Chambaud (Contre-Dépouilles) convoquent et enferment le regard dans la fameuse « zone » dans laquelle Aillaud incluait le spectateur. Ces trophées de chasse réveillent les plaisirs coupables des chasseurs comme ce témoignage d’un ancien guide de safari, feuilletant son livre de souvenirs dans lequel ses clients posent aux côtés de leurs cadavres, dépouilles de fauves et cornes d’éléphants
(Marie Voigner).

Clôture de la session 1

Infos pratiques :

  • Lieu du cours :

    Galerie municipale Jean-Collet I 59, avenue Guy-Môquet I 94400 Vitry-sur-Seine

    Par Alexandra Fau, historienne de l’art et commissaire d’exposition
    Les mardis à 18h I Gratuit sur inscription
    Renseignements I stephanie.airaud@macval.fr
    Cours ouverts à tous et inscription recommandée pour la session entière

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer
L M Me J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31