COURS HISTOIRE DE L'ART

ART ET ARCHITECTURE I Session 1 I 18h I EMA

Julian-charriere-somehow-they-never-stop-doing-what-they-always-did-2013-installation-view-the-figure-in-the-carpet-bugada-cargnel-paris-france-2014-copyright-julian charriereSomehow, They Never Stop Doing What They Always Did 2013, Vue d’exposition The Figure in the Carpet, Galerie Bugada & Cargnel, Paris, 2014, plâtre, eau de fleuve, bactéries, acier et verre 210 x 65 x 65 cm chaque © photo: Martin Argyroglo courtesy Galerie Bugada & Cargnel, Paris

Ecole d'arts plastiques

Le 28/11/2017

ARCHITECTURE-RUINES. Les artistes contemporains s’intéressent à l’habitat comme lieu d’expérimentation pour repenser l’individu. Ils voient alors l’architecture comme le prolongement du corps intime. Plutôt qu’une maison pour tous, comme celle qui a pu être développée dans les années 1960, ils tentent de définir une maison pour chacun. Les différentes approches cristallisent cependant toutes les oppositions : elles confrontent le nomade au sédentaire, la sphère publique au privé, l’intérieur à l’extérieur, l’individuel au collectif.

ARCHITECTURES-RUINES

Le charme de la ruine factice tient dans cette indétermination entre
une forme émanant des forces de la nature ou née de la volonté humaine. Le peintre visionnaire Hubert Robert avait anticipé le devenir ruine du Musée du Louvre fraîchement sorti de terre en 1793. Son tableau, Vue imaginaire de la Grande Galerie du Louvre en ruines (1796), rejoint les propos de Denis Diderot : « Il faut ruiner un palais pour en faire un objet d’intérêt. » (1767). À partir de 1945, les ruines renvoient dramatiquement au présent (Kurt Schwitters). Condensés ou raccourcis d’histoire, elles alertent sur le devenir de l’humanité et la fragilité des civilisations (les époux Poirier, Cyprien Gaillard, Luidgi Beltrame, Julian Charrière, Angelika Markull). En recensant les centres commerciaux abandonnés, vidés de leurs visiteurs et de leurs boutiques, le site Deadmalls.com renvoie à l’absurdité des magasins de la chaîne américaine Best conçus dans les années 1970 par l’agence SITE et James Wines dans une maîtrise parfaite du sens du drame, de l’Entertainment pour une interaction avec le public inédite.

Infos pratiques :

  • Par Alexandra Fau, historienne de l’art et commissaire d’exposition
    Gratuit sur inscription I les mardis à 18h
    Renseignements I stephanie.airaud(at)macval.fr
    Cours ouverts à tous et inscription recommandée pour la session entière
    reservation(at)macval.fr I 01 43 91 64 20
    Pensez à bien vérifier le lieu de chaque cours

Partager sur :

Facebook Twitter

Envoyer:

Envoyer
  Août 2017  
L M Me J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31